h1

2011.. Jura – méditérranée

Ce n’est pas parce que l’erreur se propage qu’elle devient vérité (Gandhi)

Nouvelle année, nouveau projet !

Après une virée au vieux campeur en novembre 2010 où j’ai pu admirer à loisir une foultitude de cartes en ronronnant, j’ai fini par ressortir du magasin, le sang bouillonnant et la tête pleine de projets avec les cartes de la Norvège et de la Suède, persuadé de repartir au printemps dans mon beau kayak effilé.

Et puis, alors que je réfléchissais (ça m’arrive) à voix haute (c’est plus rare), un copain gratte-poil me souffla l’idée suivante : « Au fait, tu as pensé à la traversée du massif central en VTT ?????????? ou pas ??? parce que j’ai les topos si tu veux jeter un œil… » 

L’idée me parut suffisamment riche et intéressante pour que je m’y attarde (Merci Olivier !). Il y avait là un véritable challenge : des kilomètres, donc un long voyage et sûrement des rencontres  sympathiques (l’ours a évolué..), une partie technique, avec éventuellement la construction d’une remorque, et suffisamment d’action physique pour éviter l’engourdissement, le tout sur un parcours diversifié et sans doute pas très fréquenté. 

Je finis par acheter le topo fin décembre, puis les cartes, et enfin je fus définitivement séduit par le projet en janvier.

 Les étapes du projet furent :

  • étudier le parcours, définir les étapes,
  • établir la liste du matériel et éventuellement compléter mon stock,
  • caler la période, poser les congés
  • affiner et partir !

Au départ, je souhaitais partir de Clermont pour arriver à Sète et puis finalement j’ai décidé de partir directement de chez moi,  soit 350  km en plus mais là, je considère que j’ai un projet « vert », intéressant, avec un retour en train donc sans utilisation de carburant.

Partir de chez soi pour voir la mer, je trouve ça sympa..

Certains considèrent que c’est le lieu de vacances qui est intéressant et souhaitent que le voyage soit rapide, moi c’est l’inverse, je souhaite voyager lentement pour ne rester que très peu de temps sur le lieu d’arrivée en prenant un maximum de plaisir sur la route ; improviser, s’arrêter, s’adapter, souffler et écouter et observer…

Au final, le parcourt s’étale sur environ 1000km à parcourir dans une fenêtre de 3 semaines. Les étapes du guide sont établies en fonction de la répartition des hébergements mais en fait … ca m’est égal puisque je prévois de bivouaquer sur tout le parcours ou presque.  Je partirai avec quelques jours de nourriture et me ravitaillerai en route.

Comme pour le reste : pas d’exploit sportif, pas de défi, juste profiter, faire des rencontres et qui sait, découvrir et échanger avec d’autres personnes un peu « en marge », comme moi finalement.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :