Archive for juin 2010

h1

Photos

13 juin 2010
J’ai mis quelques photos sur la page « Corse » .
 
 
Publicités
h1

2 petites pour la route

11 juin 2010
 – Coucher de soleil poché au sud de l’Ile côté oriental sur lit de sable fin ;
– Plage déserte et petit feu sur fond de polyphonie de Grenouilles Corses servi avec sa farandole de moustiques affamés..
   

 

h1

Mes amis…

10 juin 2010

Depuis quelques jours je ne donnais plus de nouvelles car je n’en avais plus les moyens mais pendant tout ce temps je suivais tranquillement mon chemin.

19 jours.., 19 jours de bivouacs sauvages, à la dure, sans confort, 19 jours ou se sont mélangés le rêve et la vie « sauvage », mais aussi l’espoir, les doutes, les chants d’oiseaux et de grenouilles, la douleur, les rires, les pleurs, les joies, les peines, la sérénité, la tranquillité, le vent, le ciel étoilé, le soleil brûlant,.. . bref, énormément de choses et de sensations.

La 1ere partie (avant la perte de mon tel) fut tournée vers l’isolement et la solitude alors que la seconde fut riche de rencontres, de sourires et de discussions.

J’ai bien compris que ma barbe, mes quelques cheveux hirsutes, mes yeux rouges et mes avant bras à vif ainsi que tout mon attirail de « gitan de la mer » ont suscité beaucoup de curiosité et favorisé la discussion mais une chose est sûre : j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter et à répondre aux questions, même à celles du genre « Et vous faites le tour de l’île en une nuit ? » « Et vous dormez sur votre Kayak?? »  » Et bé putain, Koh Lanta ces tous des PD à côté de vous…(avé l’accent du midi)  » ; tout ça m’a fait sourire et aimer cette vie simple.

Malgré quelques coups de bourre et quelques grosses tirées, j’ai aussi pris le temps de coller au mieux à la falaise pour observer tranquillement, souffler et me débarrasser de tout un tas de trucs complètements inutiles en ces lieux pour mieux apprécier la beauté de l’île et l’ingéniosité de  la vie sous toutes ses formes.

18 jours, c’est beaucoup et peu à la fois, en tout cas beaucoup trop court à mon avis pour se détacher de toute notion d’étape et je suis convaincu qu’il faudrait partir beaucoup, beaucoup plus longtemps avec juste deux buts: l’un géographique et le second : le plaisir..

Voilà, j’aurais encore beaucoup de choses à raconter mais je me contenterai pour l’instant de ça : TDC (comme Tour De Corse, hein attention pas d’erreur…) bouclé cette après midi par une mer un tantinet agitée, une jupe sans élastique,  et une petite brise gentillette …

Je rajouterai bientôt une page sur le matériel et les quelques conclusions que j’ai tiré de mon excursion, au cas ou quelqu’un souhaiterait se lancer dans l’aventure et profiter de quelques données techniques.

Christophe

h1

lundi 7/06

7 juin 2010

Quelques mots :
Après avoir quitté Bonifacio, j’ai commencé à remonter tranquillement vers le Nord en passant par les calanques. L’une d’entre elle m’a appelé et j’y suis resté une nuit face à la mer.
Samedi : 41,54596N, 9.30610E
Depuis samedi je fais tous les coins et les recoins du sud est. Après une succession de petites plages je me suis arrêté dans le golf de Sta Giulia ou je pense avoir déjà envoyé un message grâce à un Iphone généreusement prêté par le sosie de Lovamour… Je la remercie encore pour sa gentillesse.
Samedi soir : plage d’Asciaio et hier dimanche j’ai fait tout le coin de Porto Vechio.
J’ai dormi sur un petit coin de plage dans le Golfo di sogno.

Je quitte désormais la zone des Vince Diesel en herbe bronzés et sur-tatoués se promenant à fond sur leur moto des mers.. On appelle ça la liberté ! Ou un seul mec sur sa petrollette bruyante peut emmerder toute une plage …

J’y suis reparti ce matin et je viens de m’arrêter à Pinarellu (Pinareddu en Corse).
Et là… j’ai fait la rencontre d’un patron de restaurant (le STELLA DIANA), un vrai Corse, trés humain, d’une grande gentillesse et d’une connaissance fine de sa région, de son économie, de son histoire, de sa culture.. etc.. j’arrête mais je pourrais continuer un moment sans difficulté et sans me forcer.
Il m’a invité à déjeuner avec lui et sa cuisine 100% maison à ravi mes papilles : salade de pourpier et petits légumes du potager farcis…. pffouuu une excellente adresse.

J’ai trouvé une connexion dans un hôtel sur la plage et je vais repartir rapidement.

Tout va bien !

h1

4/06 Naufrage !

4 juin 2010

Salut Les amis…

Que d’aventures ! Pas d’aventure en mer sans « naufrage ». Voilà, c’est chose faite !

Suis parti de Campomoro vers le sud avec une mer qui a commencé à s’agiter peu aprés mon départ, en même temps que le vent se levait.. Je me suis éloigné a environ 1,5km du rivage pour éviter d’être embarqué vers le bord lorsque.. mon gouvernail s’est arraché ! Comme il génait ma progression, je suis descendu du kayak pour aller voir les dégats et le récupérer avant de le perdre. Je suis ensuite remonté dans l’hiloire mais au moment de remettre ma jupe une vague m’a englouti et rempli le compartiment central. La suite : vague sur vague.. impossible à vider (d’ou l’interêt d’une pompe qui se glisse entre le corp et la jupe pour permettre de vider ‘tranquillement » (mais que je n’avais pas) ) , la mer qui me ramène doucement vers les bords rocheux et le compartiment arrière qui prend l’eau inexorablement par les trous laissés par les vis du gouvernail…

Là , trés grosse peur… et à un moment ou j’appuie sur ma pagaie, elle se casse en deux.. ma belle LENDAL !! Heureusement que j’en avais une de rechange… J’ai ramé comme un fou pendant prés de 2h30 pour faire moins d’1 km…

Je suis enfin arrivé sur une petite plage ou j’ai immédiatement commencé à faire sécher la globalité de mes affaires. Les sacs étanches n’étaient pas vraiment étanches et duvet, tente, trousse de secours, papiers, téléphonne, MP4,…. bref, quasi tout à pris l’eau.

Plage du naufrage : 41,58423N, 8,79298E

Je me suis levé hier matin aprés une bonne nuit dans des affaires humides mais dans une forme royale, YES !!! et j’ai réparé comme j’ai pu ; la colle que j’avais mise pour le montage du gouvernail a tenu mais c’est le gel coat qui s’est arraché, un choc peu être sûrement . Hier, j’ai pu redécoller pour une « petite » étape sans trop de vent pour aller de la plage du naufrage jusqu’à Bonifacio.

Là, je me suis gorgé avidement de ces précieuses vitamines que l’on ne trouve que dans une bonne bière fraîche et suis parti monter mon bivouac là : 41,39214N, 9,15684E.

Cette nuit, une arceau de ma tente s’est rompu, je jouerai les Mac Gyver ce soir comme je pourrai (pense à moi Salomé..) ;  mais tout va bien et aprés un bon petit déjeuner, je vais prendre le cap plein EST pendant un moment pour remonter vers le nord.

Mon tel est HS et je suis dans un Cyber café à bonifacio. Je ne sais pas si j’en trouverai d’autres sur ma route. Je laisserai néanmoins des nouvelles comme je pourrai pour suivre la progression.

L’ami shan mac gowan  chantait chaleureusement après avoir bu quelques (..) divines GUINESS : 

I met my love by the gas works wall
Dreamed a dream by the old canal
I kissed a girl by the factory wall
Dirty old town, dirty old town.
Heard a siren from the docks
Saw a train set the night on fire
Smelled the spring in the smokey wind
Dirty old town, dirty old town.

Pour ma part, mon MP4 est raide et sa voie ne raisonnera plus dans mes oreilles jusqu’à la fin de mon expé, elle est néanmoins bien ancrée dans ma tête et tout va bien.

Comme dit mon précieux ami .. « Vive la Vie » !

h1

1er/06- 22.05

1 juin 2010

41,63070N, 8,81213E
Petite étape tranquille. Le vent devrait baisser les prochains jours. Ça y est j’ai les cheuveux longs et j’ai du me faire une tresse pour ne pas être gêné dans le kayak.
Je suis heureux. Je me rends compte néanmoins que tout ça est beaucoup trop court même sil me reste un bout de chemin à parcourir. J’ai l’impression que j’effleure à peine, et c’est le cas, la surface d’un territoire immense. L’exploit physique ne m’intéresse absolument pas évidemment. Il faut que je réfléchisse à autre chose. Il faudrait que je puisse transformer 18 jours en 18 mois…L’épicière a des yeux imenses…